Tag: The Beatles

Le Monde de la Musique en Ligne en une Infographie

On n’a probablement jamais autant consommé de musique qu’aujourd’hui, c’est certain. Et nos modes de consommation ont d’ailleurs bien évolué depuis 15 ans. Si j’achète toujours des CDs (quoique moins, j’avoue), je passe de plus en plus par Deezer / Spotify (en premium) pour tout ce qui est écoute quotidienne, si bien que j’ai des CD encore sous cellophane. Et j’ai même pris un abonnement au récent iTunes Match d’Apple ces derniers jours pour gérer tout ce qui n’est pas disponible en streaming (Metallica, les Beatles, certains albums de Freak Kitchen, le catalogue Metal Blade, etc.).

Bref. La musique se conjugue principalement online désormais et Grovo Labs a publié une infographie très intéressante sur le sujet (à découvrir dans la suite). On y apprend par exemple que :

  • 17% des internautes achètent de la musique au format digital, laquelle représente 27,4% des ventes d’albums
  • La consommation de musique en streaming est trois fois plus importante que celle via le téléchargement (légal)
  • Un artiste solo, pour gagner l’équivalent d’un SMIC américain (1160$) via les sites de streaming, doit être écouté plus de 4 millions de fois, là où la vente de 1161 CD ou 1229 albums sur iTunes suffisent… A cogiter si vous utilisez exclusivement des sites de streaming
  • Les revenus de l’industrie musicale digitale sont passés de 20 millions de dollars à 4,6 milliards de dollars entre 2003 et 2010 (comme quoi l’offre légale s’est plutôt bien développée en fait)
  • Spotify dispose du plus gros catalogue en streaming avec 15 millions de titres (Deezer en compte 13 millions pour sa part)

(continue reading…)


Pain of Salvation : Road Salt Two [Review]

Le Premier volet du double concept cher à la DDE avait divisé l’opinion. Ses tonalités plus brutes et ouvertement 70’s avaient enthousiasmé bon nombre d’auditeurs, mais aussi décontenancé, voire décu une partie des amoureux de Pain of Salvation. Quid de Road Salt Two, petit frère couleur ébène débarquant dans les bacs un peu plus d’un an aprés son ainé ?

Autant annoncer d’entrée la couleur, si vous avez aimé Road Salt One, courrez l’acheter vous allez adorer… et si vous avez détesté la première partie me dites-vous ? Eh bien vous devriez vraiment redonner une seconde chance au groupe tant ce nouvel opus est assez clairement supérieur à son ainé. A la fois plus homogène (ce défaut d’unité était sans doute le principal défaut de Road Salt One), plus riche et plus inspiré, Road Salt Two séduit dès les premières notes du très classieux et “Beatlesien” “Road Salt Theme” avant poursuivre le chemin tracé par l’abum précédent avec un “Soflty she cries” au délicieux refrain. A peine plus de 5 minutes et le décor est déjà planté.

D’un point de vue général (textes, atmosphère…) autant que musical, ce disque pourrait être présenté comme une sorte de Remedy Lane (même si certains penseront probablement à BE ou Scarsick selon les titres) à la sauce Road Salt : les mélodies et les harmonies vocales sont souvent géniales (“To the shoreline”, “1979“, “The Deeper Cut”, “The Physics of Gridlock”, “Through the distance“…), l’impact émotionnel est indéniable et l’ombre alterne fréquemment avec la lumière pour offrir des moments aussi intenses que contrastés.

Ceux qui avaient affiché une large banane faciale à l’écoute de “Disco Queen” (Scarsick) vont être ravis de retrouver un peu d’humour sur cet album… Sans gâcher la surprise, je peux d’ores et déjà vous annoncer que les dernières secondes de “Break darling break” vont certainement vous dérider et vous rappeler votre année de CM2.

Côté perles, Road Salt Two surclasse également son prédécesseur : qu’il s’agisse du très dynamique “The Deeper Cut” accompagné par une batterie monstrueuse servie par notre Léo Margarit national (et que dire de la fin de “Eleven” ? Miamesque), ou encore du non moins impressionnant et terriblement accrocheur “To the shoreline” (dont la délicieuse mélodie rappelle immanquablement l’oeuvre d’Enio Morricone), en passant par les délicats “Healing now” (digne d’Eddie Vedder au meilleur de sa forme) ou “Through the distance”, rien ou presque n’est à jeter. Et même si l’album aurait sans doute été encore meilleur avec un “Gone” en lieu et place de “Mortar Grind” (en tout cas à mes yeux héhé…), le tout passe à une vitesse folle, ce qui est toujours (très) bon signe.

Reste ce son de guitare assez spécial qui ne plaira pas à tous (mais qui passe au final assez bien… nos oreilles ayant été préparées par Road Salt One), ou encore cette “boîte à rythme” par vraiment nécessaire sur l’excellent “1979”… mais rien de bien grave en soi ! Quant au sympathique passage dans la langue de Molière, Daniel aurait peut-être dû laisser Léo s’en charger, l’accent de Limoux étant selon moi un peu plus classieux que celui de Daniel Iglesisas :P

Au final, un seul mot : Foncez ! Un des grands albums de 2011. Et un nouvel indispensable dans la discographie de Pain of Salvation.

9/10

(continue reading…)


Yellow Matter Custard : “One More Night In New York City” !


Yellow Matter Custard, le tribute band des Beatles emmené par Neal Morse, Paul Gilbert, Mike Portnoy et Kasim Sulton a sorti fin mai son deuxième live. Enregistré le 28 février 2011, One More Night In New York City est donc la suite de la première série de concerts qui avait eu lieu les 17 et 18 mai 2003. Disponible en CD et DVD, vous pouvez commander cette merveille de 40 titres sur le site de Mike Portnoy (le CD / le DVD).

Pour ma part, je viens de recevoir le DVD (comptez 5 semaines pour ça) et c’est vraiment pas mal ! Si vous avez eu l’occasion de voir le premier, c’est dans la même veine : toujours aussi fun et plaisant à regarder/écouter, et Kasim Sulton est un parfait sosie de Paul McCartney. Bref, si vous aimez les Beatles et les 4 progheads qui les reprennent, je ne peux que vous le recommander ! Tous chantent et difficile de ne pas en faire autant devant sa TV :)

(continue reading…)


Yellow Matter Custard est de retour !

Décidemment, Mike Portnoy ne chôme pas en ce début d’année. Pas plus que Neal Morse et Paul Gilbert d’ailleurs. Alors que les deux premiers sont actuellement en studio avec Steve Morse notamment, voilà qu’on apprend sur le forum de MP que tout ce petit monde va se réunir à nouveau à l’occasion de 3 concerts de Yellow Matter Custard, leur super groupe de reprise des Beatles. Un seul changement notable par rapport à la formation de 2003, le remplacement de Matt Bissonette par Kasim Sulton (Utopia). Bref, si vous trainez du côté de Long Beach (25/02), Chicago (27/02) ou New York (28/02) lors de leur passage, ne vous privez pas !

A défaut, le DVD de leur précédente tournée que je m’étais procuré via les official bootlegs du père Portnoy est toujours aussi sympathique à revoir :)


  • Welcome Home

    Inside The Pain est un blog consacré au métal et aux musiques progressives. N'hésitez pas à nous suivre également sur Facebook, Twitter, Google+, Posterous et notre forum ! Et dans tous les cas, n'oubliez pas de vous abonner à notre flux RSS !

    Si vous souhaitez partager une information avec nous ou publier un article : vos messages sont les bienvenus !

  • Inscrivez-vous et recevez nos nouveaux articles directement sur votre boite mail !

  • Catégories

  • Articles récents

    2002-2016 • Inside The Pain • www.InsideThePain.com • Site sous licence Creative Commons Attribution 3.0 License
    Jarrah theme by Templates Next | Powered by WordPress