Chaque année, il y a un ou deux albums qui me marquent profondément. Le genre qui te fait réaliser pourquoi tu es fan de métal, pourquoi tu n’y réfléchis pas à deux fois quand il faut aligner 140€ (sans compter le transport, la bouffe et le merchandising) pour aller passer 3 jours et 3 nuits avec de gros barbus en veste à patchs, … Et bien cette année, Unto the Locust, le nouvel album de Machine Head, est de ceux là.

Une bonne semaine qu’il tourne en boucle chez moi, sur le PC ou dans l’iPhone. Une grosse quinzaine d’écoutes sans la moindre lassitude, et il y en aura bien d’autres soyez en certains ! Et quand je vois que Metal Hammer UK lui a attribué ni plus ni moins qu’un 10/10, il serait bien stupide de faire le difficile.

I Am Hell” ouvre l’album de manière magistrale en enchainant tout ce qui se fait de meilleur dans le métal depuis ces 20 dernières années. Riffs heavy, speed, solis tout en intensité, refrain entêtant… Quel frisson ! Et que dire de “Darkness Within“, le morceau le plus soft de l’album (sur l’édition standard du moins) ? Une merveille. Une sublime montée en puissance qui nous amène progressivement à son climax, un riff puissant dans la plus pure tradition Machine Head façon Burn My Eyes / The More Things Change.

Le reste navigue entre ces deux titres et s’avère d’aussi bonne facture. Tout de même, si je dois mettre un bémol, je dirai simplement que je ne suis pas fan du refrain de “This is the end“, bien trop dans la veine de ce que produisent beaucoup de groupes prépubères actuels à mon goût. Mais sinon, wouaw. Juste wouaw.

Bref, vous l’aurez compris, Unto the Locust est à mes yeux un véritable must have en cette rentrée pourtant extrêmement chargée.

YouTube Preview Image