Le Premier volet du double concept cher à la DDE avait divisé l’opinion. Ses tonalités plus brutes et ouvertement 70’s avaient enthousiasmé bon nombre d’auditeurs, mais aussi décontenancé, voire décu une partie des amoureux de Pain of Salvation. Quid de Road Salt Two, petit frère couleur ébène débarquant dans les bacs un peu plus d’un an aprés son ainé ?

Autant annoncer d’entrée la couleur, si vous avez aimé Road Salt One, courrez l’acheter vous allez adorer… et si vous avez détesté la première partie me dites-vous ? Eh bien vous devriez vraiment redonner une seconde chance au groupe tant ce nouvel opus est assez clairement supérieur à son ainé. A la fois plus homogène (ce défaut d’unité était sans doute le principal défaut de Road Salt One), plus riche et plus inspiré, Road Salt Two séduit dès les premières notes du très classieux et “Beatlesien” “Road Salt Theme” avant poursuivre le chemin tracé par l’abum précédent avec un “Soflty she cries” au délicieux refrain. A peine plus de 5 minutes et le décor est déjà planté.

D’un point de vue général (textes, atmosphère…) autant que musical, ce disque pourrait être présenté comme une sorte de Remedy Lane (même si certains penseront probablement à BE ou Scarsick selon les titres) à la sauce Road Salt : les mélodies et les harmonies vocales sont souvent géniales (“To the shoreline”, “1979“, “The Deeper Cut”, “The Physics of Gridlock”, “Through the distance“…), l’impact émotionnel est indéniable et l’ombre alterne fréquemment avec la lumière pour offrir des moments aussi intenses que contrastés.

Ceux qui avaient affiché une large banane faciale à l’écoute de “Disco Queen” (Scarsick) vont être ravis de retrouver un peu d’humour sur cet album… Sans gâcher la surprise, je peux d’ores et déjà vous annoncer que les dernières secondes de “Break darling break” vont certainement vous dérider et vous rappeler votre année de CM2.

Côté perles, Road Salt Two surclasse également son prédécesseur : qu’il s’agisse du très dynamique “The Deeper Cut” accompagné par une batterie monstrueuse servie par notre Léo Margarit national (et que dire de la fin de “Eleven” ? Miamesque), ou encore du non moins impressionnant et terriblement accrocheur “To the shoreline” (dont la délicieuse mélodie rappelle immanquablement l’oeuvre d’Enio Morricone), en passant par les délicats “Healing now” (digne d’Eddie Vedder au meilleur de sa forme) ou “Through the distance”, rien ou presque n’est à jeter. Et même si l’album aurait sans doute été encore meilleur avec un “Gone” en lieu et place de “Mortar Grind” (en tout cas à mes yeux héhé…), le tout passe à une vitesse folle, ce qui est toujours (très) bon signe.

Reste ce son de guitare assez spécial qui ne plaira pas à tous (mais qui passe au final assez bien… nos oreilles ayant été préparées par Road Salt One), ou encore cette “boîte à rythme” par vraiment nécessaire sur l’excellent “1979”… mais rien de bien grave en soi ! Quant au sympathique passage dans la langue de Molière, Daniel aurait peut-être dû laisser Léo s’en charger, l’accent de Limoux étant selon moi un peu plus classieux que celui de Daniel Iglesisas :P

Au final, un seul mot : Foncez ! Un des grands albums de 2011. Et un nouvel indispensable dans la discographie de Pain of Salvation.

9/10

Tracklisting :

  1. Road salt theme
  2. Softly she cries
  3. Conditioned
  4. Healing now
  5. To the shoreline
  6. Break darling break
  7. Eleven
  8. 1979
  9. Of Salt
  10. The deeper cut
  11. Mortar grind
  12. Through the distance
  13. The physics of Gridlock
  14. End credits